Site intercommunal >>

Description physique du bassin versant

Il peut être divisé en trois zones :

  • dans cette première zone, située en amont du village de La Bastide de Sérou (396 m), l’Arize présente des pentes de 41 % à 2 %. Jusqu’au village de Nescus, la vallée de l’Arize est caractérisée par des versants encaissés, fortement boisés et culminants à plus de 1000 m d’altitude.
    On retrouve une zonation classique de la flore en fonction des étages, avec de nombreuses plantations de résineux (versant nord nord-est) dont l’intérêt économique reste de taille. Sur les versants exposés à l’ouest on trouve une hêtraie-chênaie remarquable du point de vue de sa composition. Plus en aval, le fond de vallée s’élargie et laisse entrevoir l’arrivée dans la plaine alluviale de La Bastide de Sérou, dominée alors par un relief collinaire d’altitude inférieures à 600.
    La ripisylve, peu dense en raison du régime torrentiel du cours d’eau et des pratiques agricole en vigueur, est composée pour partie d’aulnes et de frênes, organisés en cépée.
  • la seconde zone, localisée entre la plaine de La Bastide de Sérou et la cluse calcaire de
    Sabarat est fortement boisée (plus de 70 %). La vallée est alors relativement étroite et les
    Versants culminent à des altitudes comprises entre 400 et 600 m.
    Sur ce tronçon, la pente de la rivière a fortement diminuée et varie de 0.2% à 0.4%.
    S’orientant plein ouest dans la plaine de La Bastide de Sérou, l’Arize s’écoule vers le
    nord après Durban en empruntant une gorge calcaire étroite. Elle traverse ensuite la
    plaine de Maury puis l’anticlinal du Mas d’Azil dans la célèbre grotte magdalénienne.
    Sur ce secteur, la nature de la ripisylve change. En effet on observe dès lors une
    augmentation de la présence du peuplier notamment de culture et du robinier (acacias)
    au préjudice d’autres essences mieux adaptées.
  • La dernière zone s’étend de Sabarat jusqu’à Thouars sur Arize, elle est dominée de part et d’autre par des versants relativement pentus, culminants à environ 400 m d’altitude. Ces versants, largement cultivés en pied, sont boisés dans leurs parties supérieures, surtout en rive gauche. L’Arize méandre alors dans une large plaine alluviale où l’agriculture céréalière domine. La pente de la rivière est de l’ordre de 0.3%.